• Hé alleeez ! Encore une anecdote de Lola ! Encore et toujours ! Je sens que je vais remplir cette rubrique c'est pas possible autrement hein デコメ of emoticons (* ノ ▽ ノ) I bear ぽ


      Bon, tout à commencé cette année, au lycée. Je suis dans un lycée privée catholique où les robes sont autorisées. J'ai donc décidé de venir en short un matin afin de voir si ça l'était aussi. Je n'ai eu aucune remarque sur ma tenue et j'ai donc continué à en porter de temps à autres.

          Ce jour là il faisait beau et il m'est venu l'envie de venir habiller avec un short, un collant opaque noir, un débardeur noir et une veste kaki rétro (si vous souhaitez voir ma tenue de ce jour-ci, un ami m'a pris en photo via snap de dos. Le texte "C'est la cata !!!" fait référence à un phrase qu'on me dira par la suite. La photo est ici : www). Une tenue, qui, me semble tout à fait respectable. Je rentre dans l'enceinte du lycée, tranquillement, et une surveillante me regarde en hochant la tête de droite à gauche.

    "Les shorts sont interdis ici !" en me prenant ma carte (qui est dans mon lycée, un signe de punition, en bref on te sanctionnera grâce à ta carte) alors je réponds surprise "Ah bon ? Mais je suis venue au moins bien 5 fois avec un short et pourtant personne ne m'a jamais rien dit." puis la conversation s'est fini par "Hé bien tu diras à mes collègues qu'ils font un mauvais travail mais moi c'est pas mon problème. Tu iras récupérer ta carte au bureau de la vie scolaire.". Joie et papillons. Je pars énervée parce que bon, un short avec un collant opaque noir ça devrait être autorisé, même un short tout simplement devrait l'être.

    A la récrée de 10h, je décide à aller chercher ma carte pour, par la suite, pouvoir manger tranquillement sans avoir besoin de racketter mes amis. Je rentre dans le bureau de la vie scolaire avec une amie, et j'attends mon tour. Arrivée devant l'espèce de comptoir j'explique ma situation "Bonjour. On m'a pris ma carte ce matin et j'aimerais la récupérer.". La femme devant moi, devient immédiatement très sèche avec moi et me réponds "C'est toi le problème vestimentaire ?". Je confirme et elle sort du comptoir pour voir ma tenue entière.

     

    ET LA SANS EXAGÉRATION JE VAIS VOUS RECONSTITUER LA SCÈNE  

     

    Elle :"OOOOH C'EST LA CATA" (la fameuse phrase) choquée en levant le bras vers sa tête.

    Moi : Je me regarde. Peut-être que j'ai oublié de mettre un bas ce matin, j'en sais rien moi. On aurait dit qu'elle m'avait vu à poil. Mais non j'avais bien mon short, un collant opaque et des bottines style motarde. Je la regarde interloquée et je réponds "Mais... En fait je savais pas que les shorts étaient interdis. On ne m'a jamais rien dit."

    Elle :"Ah parce que tu penses qu'on est des supers-héros ! Tu sais combien il y a d'élèves dans cette école ?? 1700 environ ! Tu penses qu'on peut tous les surveiller et les controler ??"

    Moi :"Mais... Quoi ? Mais non ! Mais je veux juste dire qu'aucun surveillants ne m'ont regardés choqué et ne m'ont dit la moindre phrase ! Et puis je suis déjà aller parler à des professeurs et c'est pareil ils ne m'ont rien dit."

    Elle :"Mais c'est pas le boulot des professeurs de faire ça ! Et puis ce n'est pas la question ! C'est marqué dans le règlement que les shorts sont interdis."

    Moi :"Peut être mais je ne savais pas."

    Elle :"Tu t'imagines porter ça à ton travail plus tard ? Tu trouves que c'est une tenue décente ?"

    Moi :"Euh... Quoi ?"

    Elle :"Tes parents te laissent sortir comme ça ?"

    Moi :"....... Oui."

    Elle : Me regarde avec dégout puis retourne derrière le comptoir et me dit :"Bon tu porteras cette blouse jusqu'à la fin des cours. Quand tu la redonneras, on t'apportera ta carte." Puis elle me tend une longue blouse de labo

    Moi : Je l'enfile puis demande "Mais... A quoi elle sert ? Ça ne me cache pas du tout mes jambes et mon short."

    Elle :"Oui mais c'est une pu-ni-tion."

    Moi :"D'accord... Au revoir." Puis je sors.

    Quand je suis sortie, je l'ai tout de suite enlevé et je l'ai roulé en boule dans mon sac de cours. Il était hors de question que je la porte une minute de plus.

     Arrivée en cours (et après avoir raconté avec énervement à mes amis la scène) j'ai repensé à notre dialogue.

    “UNE PU-NI-TION”

    Une punition qui, peut être que vous l'aurez compris, consiste à porter un vêtement honteux afin que nos camarades se moquent de nous. Punition qui de ce fait, encourage le harcèlement scolaire. Je suis peut être, et surement d'ailleurs, extrême à ce sujet. Vous me direz "c'est juste une blouse faut te calmer." et je vais simplement répondre que c'est mon point de vue et que je me sers de cette histoire afin de faire passer un message. Surement que cette simple blouse ne mérite pas autant de remue méninge de ma part mais je ne peux m'empêcher de penser à tout ça.

    "Tes parents te laissent sortir comme ça ?".

    Mais bordel : OUI OUI OUI OUI OUI. Je n'ai pas une tenue choquante merde ! Et j'ai envie de dire : heureusement qu'ils me laissent sortir comme ça. Je m'habille comme je veux. Ah et je dois rajouter que face à son ton, ça signifiait surtout "Mais ils n'ont pas peur pour toi que tu te fasses draguer/violer ?" Hum... J'ai tant de chose à dire dessus mais je vais juste le résumer en deux phrases : Les gars ne sont pas des animaux, ils peuvent contenir leur bite sérieux. Et ce n'est pas aux violé(e)s de se remettre en question, se sont aux violeurs.   grunge

    On devrait avoir le droit de porter ce qu'on souhaite sans avoir droit à des commentaires du genre "C'EST LA CATA". Mais non bordel.

    Si je pouvais dire qu'une chose ça serait : on a le droit de porter ce qu'on veut. On ne devrait pas recevoir des commentaires offensants. On ne devrait pas recevoir comme punition, quelque chose qui encourage la moquerie; harcèlement scolaire et pour les plus sensibles et martyrisés d'entre nous : le suicide. Peut être que je pars dans l’extrême pour simplement une blouse. Mais il faut savoir que cette blouse, on l'appelle "la blouse de la honte" et ce n'est pas pour rien. Dès que quelqu'un la porte, tout le monde se retourne vers cette personne et se moque de lui; de sa situation. Et ça toute la journée. Quelqu'un d’extrêmement fragile et qui subit aux quotidiens des moqueries et, qui un jour, se voit obliger de porter cette blouse, se voit ensuite moqué encore plus et qui de plus EST AUTORISÉ PAR LES SURVEILLANTS puisque c'est le but de cette blouse. Merci le corps enseignant.

    Ce jour là, un ami d'un pote avait lui aussi cette blouse, il avait, ATTENTION C'EST CHOQUANT, un pantalon un peu court qui faisait qu'on voyait un peu trop ses chevilles. Tous ses potes se foutaient de sa gueule et mon ami lui a dit :" Hé tu vois elle (en me pointant du doigt), vous êtes tous les deux des porteurs de blouse ! Elle aussi elle l'a eu ce matin ahahahah". Je suis donc allée voir son pote pour lui dire qu'il pouvait ne pas la porter de la journée parce que je ne le faisais pas et qu'on ne m'a rien dit et qu'il n'y avait pas de soucis. Il l'a retiré et il m'a dit :"Tu es sure qu'on ne me dira rien ?" en regardant autour de lui. MAIS BORDEL POURQUOI ON DEVRAIT AVOIR PEUR DE PORTER UN PANTALON UN PEU TROP COURT. Raaaah ça me répugne ! BORDEL !

     

    Je pense en finir là parce qu'il n'y a rien à rajouter. デコメ of emoticons (^ ◇ ^) ┛ look

    Juste une dernière chose : oui c'est juste une blouse. Mais c'est l'idée de cette blouse qui me répugne mais aussi les idées de cette surveillante que je trouve tout à fait abominable. C'est tout.

    PS : Je ne me suis pas exprimée sur sa phrase "Tu t'imagines porter ça à ton travail plus tard ? Tu trouves que c'est une tenue décente ?" parce que la réponse de ma mère suffisait amplement "Mais bien sur ! Un short avec des collants et des bottes c'est splendide ! Je m'étais ça comme tenue à l'hopital quand j'étais jeune. D'ailleurs il m'arrive encore de porter ce genre de tenue.".


    30 commentaires
  • Image de shame, frajola, and gif

    Même si on ne peut pas battre Lola avec son grand nombre de hontes, j'en ai quelques unes à partager avec vous aussi. enfin vous me direz, certaines sont similaires xD


    image J'étais en train de boire à la bouteille puis un ami me demande de regarder quelque chose. Je tourne la tête, sans penser à remettre la bouteille à la verticale : je me suis retrouvée trempée. Le pire, c'est que même lorsque je m'en suis rendu compte, je ne l'ai pas relevée.

    image En allant au cinéma avec mes amis, je suis tombée dans l'allée. On ne sait pas comment. J'étais la première à passer, personne ne m'a fait de croche pied ou m'a bousculé. Non. En plus, j'étais en jupe.

    imageDans le même délire : en sixième j'étais en sortie dans un zoo. J'avais eu la bonne idée de me mettre en jupe. À la fin de la journée une amie vient me voir et me dit "Margaux, on voit ta culotte.".

     imageMon père aime la natation, la plongée, bref tout ce qui se rapporte à l'eau. Alors voir sa petite fille chérie sauter du plongeoir était un grand plaisir pour lui. Après dix minutes a essayé de le convaincre de renoncer, je finis par monter. Une fois arrivée en haut du plongeoir après 20 minutes d'attente, je fonds en larme.

    image J'avais 6 ans lorsque j'ai fait du ski avec mes parents, enfin ils m'avaient inscrit à l'école de ski française. J'étais avec d'autres gamins - dont ma cousine qui mangeait la neige. On prend le tir-fesse et jenesaispluspourquoi je décide d'en descendre au beau milieu. J'étais la première a être montée, alors tout le monde m'a suivi. Le moniteur nous a engueulé. Déjà que j'étais timide, je peux vous dire que ça ne m'a pas aidé à me faire des amis. #lolamargetleski

     imageToujours au ski, mais cinq ans plus tard avec le collège. Pensant que mes cours de ski m'étaient restés, lorsque le prof demande qui a déjà fait du ski je lève la main. Je me retrouve dans le groupe des bons. Seulement, il s'avère que j'arrivais plus du tout à en faire. Mon prof a été obligé de m'emmener dans le groupe qui n'en avait jamais fait et de supporter mes "Putain ça me saoule, merde pourquoi je suis venue ça fait chier". #élégance

    imageJe rentrais de Paris avec ma famille, on décide d'aller au McDo sachant qu'il est à 70 km de chez moi. C'était en pleines vacances d'été. Qui je croise ? Ouais, le gars que j'aimais. Ma mère me dit d'aller le voir surtout que c'était un pote à moi. J'ai pas voulu. Je suis passée par toutes les émotions : joie, peur, stresse à en arriver aux pleurs.

    imageDans ce même McDo, quelques années auparavant. Avec ma petite soeur on était dans les jeux. Elle s'amusait à se suspendre, j'ai voulu faire pareil. Je suis tombée et je me suis éraflée tout le visage. La honte aurait pu s'arrêter là, mais nan, comme si ce n'était pas suffisant il fallait que le lendemain soit le jour de ma photo de classe.

    imageEn quatrième, je suis allée au Futuroscope avec mes amis. J'y avais été de nombreuses fois mais n'avais jamais osé faire la Danse des robots. Or le gars que j'aimais me dit "Allez Margaux, fais le avec moi !" je ne pouvais pas refuser. Alors je l'ai fait. J'ai hurlé Maman tout le long en pleurant.

    imageimage Je devais avoir 10 ans, je suis allée à une fête foraine avec ma mère et ses amis qui avaient un fils de 13-15 ans. Vous commencez à me connaître, bien entendu je l'aimais bien. On a fait un manège tous les deux qui allait dans tous les sens, ce qui m'avait retourné l'estomac. Mais quand il m'a proposé de faire ce manège, je n'ai pas refusé. J'ai vomi.

    imageimage Celle-ci date de cette année. J'étais dans la cour et il y avait personne, la dernière sonnerie allait bientôt retentir. Alors je me suis mise à 'danser'. Un gars de seconde que je connais peu est sorti d'une salle, m'a regardé choqué puis a explosé de rire, puis l'a dit à ses potes - dont le gars que j'aimais en faisait parti Laurian pour les curieux.

    imageimage Lors d'un de mes derniers cours de français de l'année, j'avais du temps à penser au sens de la vie. J'en suis arrivée au fait que dans toute ma vie, personne ne m'avait aimé. Alors je me suis mise à pleurer. Allez expliquer ça aux gens autour de vous.

    imageimage Il y a quelques jours, j'attendais qu'une amie arrive en chantant avec la musique à fond. Je ne l'entends pas entrer dans ma chambre, alors je continue de chanter. Je la remarque, honteuse. Elle me dit "Lorsque Tom t'as demandé de chanter, tu lui as dit quoi ?" "Bah que je chantais mal." "Heureusement que t'as pas menti".


    Wo. Je pensais pas en avoir autant, réellement. xD Bon, comme vous aurez pu le constater : je suis un coeur d'artichaut qui pleure tout le temps.

    J'espère que cet article vous aura plu image

     


    14 commentaires
  •                           

     

    J’inaugure cette rubrique intitulé "anecdotes" -qui j'espère que vous l'aurez compris, est une rubrique regroupant toutes nos anecdotes honteuses, drôles, révélatrices et que sais-je- par une COMPILATION DE MES MOMENTS HONTEUX plus ou moins bien expliqués ! Parce que, diable, qu'est-ce qu'il y en a ! Mais malheureusement, enfin heureusement plutôt,  très peu sont longues et c'est donc difficile de construire un article entier sur une seule anecdote c'est pour cela que j'ai décidé de faire une compilation.

    image Passons à la honte image

     

    1) J'ai craché un yaourt vanille, dans le self de mon lycée sur mes amis. Plusieurs lycéens se sont retournés vers moi avec un air de dégout.

    2) Un jour, à Disney, dans la file d'attente de l'attraction Rock 'n' Roller Coaster, j'ai eu peur, j'ai paniqué et j'ai commencé à pleurer. Mon père et moi nous avons du prendre la sortie de secours pour pouvoir sortir de l'attraction. 

    3) Quand j'étais petite, j'ai fait pipi de peur dans la salle d'attente de l'attraction Armageddon (quand il te passe un petit film pour t'expliquer la situation). Ma mère a du m'acheter un pantalon dans la boutique souvenir. J'ai eu droit à un pantalon horrible avec clochette sur les fesses.

    4) Toujours à Disney, dans l'attraction Crush Coaster, à un moment j'étais dos à la descente. J'ai gueulé en continue pendant TOUTE la montée. Il y avait un wagon devant le notre qui attendait son tour. Les gens dedans m'ont regardés interloqués jusqu'à que mon wagon disparaisse.

    5) Un jour en allant au lycée, il a plu, j'ai mis ma capuche et une culotte y est tombée.

    6) En mimant la chenille au sol devant mes amies, j'ai pété. Non, je ne rajouterai rien comme détails, j'ai encore beaucoup trop honte.

    7) Durant mes 10 ans, j'ai été fan inconditionnelle d’Émilie Jolie. Je mettais le disque dans ma chambre au volume max et je chantais toutes les chansons dans un faux micro winx. J'ai cru pendant un moment que personne ne m'entendait chanter jusqu'à que mon frère m'avoue qu'il m'entendait. COMMENT J'AI PU PENSÉ UNE SEULE SECONDE QU'IL NE M'ENTENDAIT PAS ???!!!! IL EST DANS LA CHAMBRE VOISINE !!!!!!

    8) Il n'y a pas longtemps, j'ai parlé d'un gars qui m'aimait à une amie, DEVANT LUI. J'ai dit, je cite, :"Lui ? AHAHAAAA MAIS JAMAIS DE LA VIE JE SORS AVEC LUI AHAHAH" Jusqu'à me rappeler de ses sentiments et me stopper net.

    9) Au ski, je n'ai pas réussi à freiner dans une descente et j'ai créer des dominos humains. (J'ai écrit un article entier de cette anecdote qui explique mieux sur mon blog personnel. Tu peux voir l'article ici  image www)

    10) J'ai appelé un chien "Biffle" au lieu de "Cliff" devant mes parents (si vous ne savez pas ce que ça signifie ne demandez pas à vos parents et ne regardez pas sur internet. Vous allez voir des choses pas très catholique).

    11) Quand j'avais 10 ans , je suis, durant un spectacle de danse, rentrée en courant dans une amie devant une salle bondée de parents. La chorégraphie, était faite pour que je me retrouve devant la scène. J'étais EN PLEURE en essayant en même temps de sourire.

    12) Durant un repas, mon père à fait une subtile blague de cul, j'ai essayé de rigoler discrètement, ma mère m'a vu, et m'a demandé :"Tu sais ce que ça signifie toi ?". J'ai paniqué.

    13) L'année dernière, en Italie, je suis allée à la poste pour poster une carte postale. Des dames dans la file d'attente ont commencées à me parler (en italien forcément). Je comprenais rien, j'ai dit :"I am French", elles ont continuées à me parler, j'ai parlé espagnol, elles ont continuées à me parler, je comprenais rien, j'ai souris comme une débile pendant au moins 15 min sans rien dire.

    14) Un jour, sans faire exprès, j'ai fait tombé un enfant. J'ai essayé de le porter pour le remettre debout, il a pleuré, j'ai dit un peu trop fort "chuuuuuuuuuuuuuuut". Les parents m'ont vu.

    15) Il y a un mois, dans la cour de récrée, je parlais d'une scène dans Harry Potter avec des amies. J'ai pleuré à chaudes larmes en y repensant (pour les curieux, c'était la scène où Voldemort arrive dans la maison des Potter et que James dit à Lily "Lily ! Prend Harry et va-t-en ! C'est lui ! Va-t-en ! Cours ! Je vais le retenir !". PUTAIN FAIS CHIER J'AI LES LARMES AU YEUX ACTUELLEMENT MAIS C'EST PAS POSSIBLE).

    16) Il y a quelques semaines, quand je me suis réveillée de mon anesthésie générale après mon opération des dents de sagesse, la première chose que j'ai dit était "quell hore i é ?" (j'avais du coton dans ma bouche, de la glace autour de ma tête et ma bouche était un bain de sang donc ma prononciation était tout à fait moyenne) (9h30 pour les curieux). Après avoir demandé j'ai refermé les yeux en mode "c'est bon c'est tout ce que je voulais savoir".

    17) A un repas de famille, lorsque j'avais 5-6 ans, j'ai craché l'eau que j'étais en train de boire, suite à une blague faite par mon cousin, sur le plat principal. Ma mère était offusquée, mes cousins, mon frère et ma sœur étaient morts de rire et le reste de la famille était choquée (on a quand même mangé le plat).


     

    Compilation de mes moments honteux

        J'espère que vous avez apprécié ma débilité image et je sais pas si vous avez  remarqué mais je pleure souvent. SOUVENT. Mais c'est subtile hein !

       Allez au revoir  デコメ of emoticons (* ノ ▽ ノ) I bear ぽ


    46 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique